Abandon

Abandon

Dans l’ensemble des approches thérapeutiques ce mot résonne souvent comme paraissant la cause de tous les maux et le mot de la plupart de la cause d’un mal être principale des êtres dans l’humanité actuelle.

Comme si cela avait eu de sonner comme un glas dans la bouche des personnes , une sorte de coup du sort entrainant toutes les conséquences justifiant leur mal-être, l’échec le vide … et tout en respectant évidemment la douleur de ce vécu , ce mot est formulé comme une sorte de mauvaise ironie du sort , fatalité-victime, et que si il ou elle n’avait pas eu à vivre cette souffrance, ayant souvent comme conséquence inconsciente d’entretenir une sorte de conviction et de persuasion que leur vie aurait été ou aurait pu être parfaite sans cela, ce qui va accentuer leur sentiment d’impuissance

A leur insu inconsciemment ces êtres restent enfermés dans une forme de stigmatisation pour lequel ils entretiennent mentalement une seule cause logique … ils ont été abandonnés, comme une sensation de porter et de vivre une marque indélébile, ce vécu ayant eu une vrai réalité dans leur histoire de vie, considérée psychologiquement ineffaçable.

Dans le chemin parcouru que cela soit le mien ou les expériences professionnelles, très vite je me suis sensibilisée et j’ai proposé le même réflexe aux patients de comment pouvoir se libérer des conséquences de ce vécu d’abandon, quels réflexes inconscients ils entretiennent et quel choix nouveau maintenant de la liberté d’être adulte.

Amener les personnes à considérer que maintenant par leur conscience qui a évolué, ces personnes sont libres de s’apporter à elle-même tout ce qu’il leur a paru faisant défaut au moment de l’abandon : Amour, Considération, Importance d’eux-mêmes…

Depuis quelques temps d’autres éléments de possibilité de réparation définitive du schéma d’abandon sont venus apporter un autre champ de possible à ce sujet.

La sophrologie par le voyage intérieur permet à la personne d’explorer ses propres champs intérieurs.

Quelques exemples concrets où par leur pratique ces personnes ont pu faire évoluer et intégrer à leur conscience quels avaient été leur réels traumatismes suite au départ d’une personne proche, pendant l’enfance, et sur laquelle il restait une sorte de fixation du mot :

Exemples d’abandon

1 er exemple : conséquences : frayeur d’être et de rester seul, perdu, conscience que cette conséquence était alimentée par le sentiment que seul pendant l’enfance pour cette personne était associé à impuissance, incapacité de gérer sa vie en autonomie.
Entrainant comme réflexe ou chaque fois que quelqu’un partait dans ses relations proches, le traumatisme de l’inconscient remontait à la surface et les mêmes oppressions, les mêmes réflexes de survies tout en restant dans le même sentiment d’impuissante de les résoudre.
A la fin de la séance cela a permis une nouvelle ouverture de perception de sa capacité actuelle adulte d’avoir le potentiel de prendre soin d’elle maintenant.

2éme exemple : la personne dans sa pratique prend conscience de son réflexe : j’ai toujours voulu apporter aux autres … Inconsciemment si l’autre a besoin de moi, il ne me quittera pas, il ne me quittera plus et je ne serai jamais seule, résultat conséquences, difficulté à se permettre d’abandonner même quand cela ne convenait plus, une sorte d’emprisonnement inconscient à donner par besoin à satisfaire les besoins de l’autre aux détriments de ses propres besoins.
A la fin de la séance, la personne va pouvoir commencer à laisser place en toute confiance à ses propres besoins, libre, détachée, indépendante.
3éme exemple : Dans le sujet où il y a eu père géniteur (abandon) puis père éducateur. Dans son sujet associé au mot ABANDON avec colère refoulée car présence père éducateur (compensation). La personne entretenait vis-à-vis d’elle un regard intérieur d’infériorité , en entretenant une logique pensée que si abandon, si départ de la personne aimée , conditionnements et croyances de l’idée de manquer de valeurs , de manquer d’intérêts pour l’autre, conséquences difficultés à se donner droit et compétences à être quelqu’un et à se donner de l’importance à elle et à sa vie.
A la fin de la séance : confiance à être libre, avoir le droit de vivre sa vie et son potentiel, de s’aimer et être aimé pour elle-même.

La sophrologie offre de nombreuses pratiques pour éclairer en nouvelle conscience le sujet ABANDON et transformer les conséquences, physiques, émotionnelles et psychologiques.

Ci-dessous : Vipassana Emotionnel, adapté en sophrologie, pour amener à la conscience quel désir créateur une personne entretien pour continuer à alimenter une souffrance de schéma d’abandon, comprendre à quoi ou à qui cela semble lui servir encore.

Vipassana émotionnel

Cet exercice permet de différencier et d’affiner la conscience de l’activité physique, émotionnelle et mentale. Nos émotions nous appartiennent. Après en avoir pris conscience, lors de l’intériorisation, il devient plus facile de les gérer et de comprendre leurs messages.
Il vaut mieux au départ effectuer cet exercice dans un lieu ou les sollicitations sensorielles sont limitées.
Après un peu de pratique, vous pourrez l’utiliser où il vous plaira.
Concentrez-vous totalement sur votre respiration, sur les mouvements de votre ventre et de votre poitrine.
Si une émotion apparait, observez-la. Laissez- la se développer librement, observez les particularités, forme, couleur, consistances, limites….

Quelle est sa répercussion sur le corps physique ?

Dans quelles circonstances avez-vous déjà ressenti cette émotion ?

Pouvez-vous la nommer ?

Si aucun mot n n’existe, attribuez-lui un mot que vous créez à présent pour elle.

Reconnaissez-la comme émanant de vous-même. L’émotion peut-être reliée à un désir.

Respirez profondément pour conduire votre attention plus profondément en vous-même.

Laissez émerger le désir créateur de cette émotion.

A qui appartient ce désir, à vous, à votre enfant intérieur ?

Est-il issu d’un conditionnement ?

Quelles croyances révèlent la présence de ce désir en vous ?

Lorsque l’émotion s’est estompée, revenez à la conscience de vos mouvements respiratoires.
Pratiquez de même pour toute autre émotion surgissant.

Durée 15 à 30 mn.

Bonne pratique , au plaisir de lire vos commentaires… A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.