La respiration en sophrologie

La respiration en sophrologie

sophrologie respiration

 

La Respiration représente en sophrologie une des sept Dimensions de l’Intelligence, les autres étant : les dimensions de latéralité, de la motivation, du centrage, de la focalisation, du mouvement crânien, et des régulateurs corporels.

Nous entrons dans la vie avec une respiration, nous la quittons dans un souffle.
La Respiration est la source de notre Puissance, c’est la puissance derrière chaque mouvement. Cette force que nous appelons la vie, nous pouvons la développer, en prendre soin, ou nous pouvons la considérer comme acquise, une bonne respiration est vitale pour que nous puissions nous développer en tant qu’être humain. La respiration est source d’énergie, de vitalité. Si l’oxygène du sang est insuffisant, nous ressentons léthargie, épuisement. Une respiration pleine, donne du corps aux mots, ponctue la pensée, les phrases, et porte la puissance de nos intentions.

Quand nous devons forcer la respiration, quand nous rencontrons de grosses difficultés à respirer, nous pouvons en « apprendre » qu’il faut faire des efforts, qu’il faut contrôler pour accomplir quelque chose. Nous pouvons ressentir la puissance, le pouvoir, comme quelque chose que nous avons sur les autres ou qu’ils ont sur nous. Quant respirer est un élément naturel du mouvement, de la parole, nous pouvons ressentir ce pouvoir avec les autres, et c’est une expérience vraiment forte.

Nous pouvons penser que pour chacun de nous la respiration est automatique, comme les battements cardiaques et le processus digestif. En fait, la respiration est en lien direct avec le niveau de stress et est manifestement plus affectée que n’importe qu’elle autre fonction automatique. Beaucoup de gens éprouvent leur respiration comme un processus difficile et laborieux. D’autres ne respirent pas correctement mais sans être du tout conscient d’avoir un problème. A ceux là manque le « réflexe respiratoire ».

Ceux à qui le réflexe respiratoire fait défaut doivent bloquer leur respiration pour se sentir forts. Quant ils font des exercices physiques, quand ils lèvent quelques choses de lourd, ils vont automatiquement inspirer et bloquer leur respiration. Quand ils lisent, ils bloquent leur inspiration jusqu’à la fin de la ligne puis soupirent.

Ceux à qui ce réflexe fait défaut ont appris à un niveau très primaire que c’était un moyen sûr pour survivre. L’inconscient a appris, lors d’une occasion ou cela va être justifié (un choc, une situation traumatisante) qu’il est judicieux de ne pas respirer. Cette capacité à s’adapter aux états de crise, réels ou imaginaires, est une bénédiction et la raison de la survie des humains depuis des millénaires.
Une fois que les muscles ont appris à répondre à une situation, ils ne savent pas comment corriger leur proprioception quand la crise est passée. En fait les techniques qui corrigent ces réflexes sans relâcher l’émotion ou la cause énergétique d’origine, peuvent en fait augmenter le stress d’un système qui a choisi de retenir sa respiration comme moyen de survie.

Intégrer la respiration conscience que cela soit par la sophrologie ou d’autres techniques permet de rétablir cette fonction naturelle et autonome comme le fœtus dans le ventre maternel….

L’inspir : air, énergie, lumière, oxygène descendent et active l’énergie yang le dynamisme, la stimulation positive.
L’expir : sans effort laisse monter la sève nourricière de la terre, l’énergie yin, détoxine, détend, sécurise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.